• Strasbourg
  • Eindhoven
  • Nantes
  • Bordeaux
  • Anvers

NOUS ETIONS QUELQUES BONS COPAINS, A BICYCLETTE !

Classé dans : Accueil, Politique, Société | 0
Hier, l’Adava Pays d’Aix organisait avec la Provence une chouette expérience en deux temps, pour tenter de sensibiliser ceux qui ne le seraient pas encore à l’impérieuse nécessité d’investir sur les modes de transports doux alternatifs.
 
Premier temps : Une ballade en vélo à Aix, qui a permis de retrouver :
– des élus, certes en costume cravate et mocassins noirs, sur des vélo de prêt, mais il y a un début à tout pour comprendre les vrais problèmes des vrais gens !
– Les colistiers de certaines listes, plus préoccupés à badigeonner leurs vélos de stickers et drapeaux au logo de leurs listes qu’à tenter de comprendre les problématiques de discontinuité des équipements ..
 
Bref, c’est souvent comme ça
 
Second temps : Un débat, bien organisé, bien régulé par @julien.danielides à l’occasion duquel chaque liste (candidat ou représentant) pouvait s’exprimer pendant 6 minutes pour défendre son programme.
 
Beaucoup ont parlé de leur expérience du vélo, « moi je fais du vélo tous les jours sur un vélo rouge, je connais bien … « , « moi je connais le pont de l’Arc, pas facile d’y passer … », « moi j’ai fait une grosse étude sur le sujet … »; « moi je porte un gilet jaune, sur les ronds-points « , « moi j’ai remarqué que rue de machin-bidule, on ne pouvait pas passer en vélo », …
 
Puis un membre de l’association a fait remarquer que personne ne s’engageait sur les financements, ce qui était vrai jusqu’à ce que Jean Boulhol-Milon ne présente un projet concret, en déroulant rapidement notre programme (le reliant à son corollaire, le Parc Naturel Urbain cher à Muriel Hernandez), et n’aborde le problème du financement, citant l’exemple de quelques villes européennes autrement plus ambitieuses qu’Aix en Provence sur le sujet, à commencer par Maastricht, Holland.
 
L’occasion était trop tentante d’interpeller le représentant de la ville d’Aix en Provence, en lui demandant comment il se faisait que la ville d’Aix en Provence n’ait pas daigné répondre à l’appel à proposition lancé par la région PACA sur une ligne FEDER FSE 2014-2020 (où l’actuelle mairie a donc de supposés amis politiques …), un appel doté de 6M€ portant jusqu’à 80% de l’éligibilité du projet, et dont la thématique est : « Soutenir les aménagements cyclables intégrés pour développer les déplacements multimodaux »
 
Et je n’ai eu aucune réponse. Le représentant de la ville s’est enfermé dans un triste silence, alors qu’il a encore le temps nécessaire pour bosser son dossier, la date limite pour déposer la proposition est le 12 Mars, juste avant le premier tour !
Quant à l’axe 1 du plan Climat qui met le « Cap sur l’écomobilité » et favorise la mobilité individuelle écoresponsable et encourage les nouvelles formes de mobilité, pour ton info, il devrait non seulement être reconduit mais augmenté dans le cadre du nouveau pacte vert pour l’Europe sur lequel moi, je n’hésiterai pas à m’appuyer. Le costume cravate et les mocassins noirs cirés font moins pour l’intérêt général que la motivation et l’engagement pour aller chercher l’argent là où il se trouve.
https://europa.eu/!nP74Qm
 
Le vélo est une des réponses aux contraintes de ce que nous imposent les conséquences du dérèglement climatique. Comme dans d’autres domaines, nul n’est prophète en son pays et les bonnes solutions se trouvent souvent ailleurs que chez nous. Encore faut-il aller les chercher, et donc se déplacer de sa zone de confort habituel située a l’intérieur de la couronne de boulevards qui ceinturent Aix-en-Provence. Ainsi l’exemple choisi par Jean Boulhol-Milon était-il particulièrement pertinent, car les Pays-Bas sont un exemple en la matière, plus pertinent encore que les pays nordiques pour la raison suivante.
Les Pays-Bas ont la densité de population la plus élevée des pays de l’Union. Voici une trentaine d’année, le problème de la circulation des voitures s’y est posé, et a été réglé en contraignant les flux automobiles hors des villes (Amsterdam, Rotterdam, mais aussi La Haye, Utrecht, et Maastricht (toute proche de la Belgique qui dans sa partie francophone s’en inspire beaucoup).
 
Dès lors, et pour régler le problème, tous les moyens ont été mis en oeuvre pour inciter les néerlandais à utiliser d’autres moyens de communication que la voiture, et les infrastructures adéquat ont été développées.
 
Résultat : La part modale de la bicyclette en pourcentage du nombre de déplacements y est de 27%, loin devant le Danemark (18%), l’Allemagne (10%), la France (3%). Dans certaines villes, la part modale dépasse même les 30%, comme à Delft, Leyde ou Groningue.
 
A méditer, et moi j’irai voir les modèles qui fonctionnent pour les appliquer à Aix-en-Provence quand ils n’y sont pas encore appliqués, car si la bicyclette est développée aux Pays-Bas, c’est par par hasard
Pour parler vélo à l’occasion des municipales, il existe une plateforme : https://municipales2020.parlons-velo.fr
Suivre Frédéric Poitou:

Frédéric Poitou est né à Rouen, et y a fait des études au Conservatoire en musique-études en section piano. Il s'est ensuite orienté vers des études scientifiques où il a obtenu un diplôme d'ingénieur, puis un doctorat en Chimie. Il est Expert Judiciaire en France, en Belgique et à Luxembourg, et agrée par les Institutions Européennes.

Articles récents de