THINK DIFFERENT ?

 

Notre société est confrontée au problème de la nécessité de son changement, mais ce questionnement s’impose aussi à nous qui la constituons : Comment pouvons nous changer, ou à tout le moins faire évoluer un modèle qui ne fonctionne plus, qui va dans le mur – nous le savons tous – en appliquant les vieilles recettes dogmatiques de la pensée unique ?

Comment changer le paradigme qui nous nourrit depuis la plus petite des écoles que nous ayons fréquentée ?

Notre comportement est empli de réactions évidentes, prévisibles, «inscrites» qui résultent de raisonnement quasi automatiques, réflexes appris par répétitions.

Nos croyances et ce que l’on nous a enseigné structurent notre pensée depuis notre enfance en cristallisant sous l’effet de l’habitude, jusqu’à devenir une seconde nature : c’est ainsi qu’un esprit se sclérose, et préfère la confortable inertie du préjugé au risque progressiste de l’inconnu.

Penser différemment, c’est oser être différent, et assumer au moins ce que nos voisins, nos amis, nos politiques principalement, auraient aimé vivre de leur vie, sans l’oser, sans y parvenir ?

Et pourquoi nos politiques n’y arrivent-t-ils pas ?

Parce qu’ils sont emprisonnés dans des raisonnements automatiques qu’ils nous servent comme des truismes qu’eux aussi acquis au biberon du moule commun, mais que eux ont tout intérêt à préserver, car il les nourrit !

Le serpent se mordrait donc la queue ?

Non, car le zèbre surveille le serpent. Faire de la politique, en adhérant à un parti ne signifie pas en accepter toutes les pratiques, en particulier lorsqu’il ne devient plus qu’une machine à distribuer les investitures, surtout à des sortants récidivistes !


 

BLOG