J’ai décidé de rejoindre l’équipe de campagne de Jean-Marc Perrin

J’ai décidé de rejoindre l’équipe de campagne de Jean-Marc Perrin

Bien évidemment ce pourrait être juste parce que j’ai connu Jean-Marc alors qu’il était responsable au laboratoire de Shell Berre où j’étais étudiant ingénieur stagiaire. Là n’est pas la principale raison.

La politique est une affaire de rencontres humaines, de convergences d’idées et de motivations à servir sa ville plutôt que s’en servir par ambition personnelle. La rencontre se fait dans la durée, qui permet de découvrir d’une personne les qualités humaines forgées dans la Provence de la lavande, tout autant que dans la pratique du rugby.

Le rugby porte dans ses règles les valeurs de combat et d’affrontement dans le respect absolu des règles. Les anglo-saxons le savent bien, eux qui l’apprennent tout jeune alors que nous, latins, y sommes parfois rétifs.
Il est un absolu modèle inclusif qui offre à chacun une place adaptée à son gabarit et ses aptitudes naturelles. Au milieu se trouve le capitaine qui doit faire converger les forces de ses camarades en valorisant leurs différences et leurs complémentarités. 

C’est la grande force de Jean-Marc Perrin qui rassemble bien au delà des clivages et des dogmes, pour fédérer et concentrer l’énergie d’un groupe aux origines diverses et aux pensées complémentaires.

Mais la rencontre se fait aussi sur le programme à mettre en œuvre. Mes domaines de compétence sont l’Europe parce que j’y travaille plusieurs jours par mois, l’intégration des différences et du handicap car ils révèlent des talents et énergies souvent oubliées, et l’environnement qui me permet d’appliquer ma spécialité d’origine la chimie végétale, au développement durable.

Lorsque je lui ai présenté ces arguments, il m’a avoué qu’ils étaient déjà intégrés dans sa réflexion avant même que je les lui propose, l’environnement étant au centre du projet et dont dépendent les autres propositions.

Enfin, la question politique s’est évidemment posée puisque nous sommes tous deux engagés, que j’ai été adjoint au maire d’une petite commune, mais aussi élu à l’ex communauté du pays d’Aix. Nous avions la même présidente. 

Quelques soient les décisions judiciaires à venir, les faits sont avérés. Entre les ambitions partisanes, les querelles d’égo et les agitations médiatiques, la ville mérite un projet concordant, porté par un homme proche de ses électeurs, connu pour sa loyauté, sa capacité au travail. Un Maire qui soit une véritable interface avec le département, la région, et qui saura restaurer un lien avec la métropole que des années d’opposition aveugle et systématique ont entamé.

C’est donc sur base de ces trois dimensions, humaine, de programme et politique que ma conviction s’est forgée depuis plusieurs années. Jean-Marc Perrin est celui dont les aixois ont besoin pour répondre à leurs préoccupations, leurs attentes, et aux questions que pose leur quotidien dans une ville qui offre beaucoup d’atouts, mais dont l’image est écornée par les dérives d’un système trop ancien.

 

Suivre Frédéric Poitou:

Frédéric Poitou est né à Rouen, et y a fait des études au Conservatoire en musique-études en section piano. Il s'est ensuite orienté vers des études scientifiques où il a obtenu un diplôme d'ingénieur, puis un doctorat en Chimie. Il est Expert Judiciaire en France, en Belgique et à Luxembourg, et agrée par les Institutions Européennes.