Assassinat par injection létale : Heureusement, des solutions existent.

Classé dans : Accueil, Politique, Société | 0
Juillet 2015. En une des journaux américains, l’horreur : l’agonie d’un homme dans la chambre d’exécution. Deux heures de convulsions et de gémissements pour Jospeh Wood. Mais il y a aussi Dennis Mc Guire, 25 minutes, Clayton Lockeart, 43 minutes… Aux États-Unis, c’est la sidération, quand soudain, on se rappelle brutalement la réalité, terrible des exécutions.
 
Les labos américains refusent désormais de fournir le barbiturique utilisé pour les mise à mort. Un à un, les laboratoires européens aussi suspendent leur production, même Pfeizer. Tant et si bien que les Etats compréhensifs des Etats Unis où la peine de mort est encore applicable ont décidé de revenir à la bonne vieille méthode du peloton d’exécution.
 
Alors moi, j’ai une solution facile à mettre en oeuvre. Quand je peux aider, c’est volontiers, un petit côté humaniste, c’est cadeau, ça fait plaisir.
Il existe une grande entreprise spécialisée dans la mort (PCB, dérivés de l’Uranium, glyphosate , l’agent orange, Zyklon B, dioxine, l’aspartame (qui se décompose en formaldéhyde, cancérogène connu), bref, un spécialiste : C’est le groupe MonsantoBayer. On pourrait peut être les solliciter ?
La voie de synthèse est assez simple, en deux étapes, avec des réactifs courants dans un labo de chimie (attention, ca pique les yeux tout de même). Je ne doute pas que les brillants confrères chimistes chez MonsantoBayer mettront la synthèse rapidement en place. Il n’y a pas de grosse obligation de rendement à chaque étape, la plus value compense les pertes de matière. Sans trop m’avancer, je pense que le mélange racémique, bien que moitié moins efficace (un seul des deux énantiomère est actif), pourrait quand même faire l’affaire (comme pour le secobarbital, le méphobarbital, le pentobarbital …). On en mettra deux fois plus, il faudra prévoir de grosses seringues, c’est un détail.
Pour mes éminents confrères, et pour mémoire :
voici la formule du Thiopental
Voici la voie de synthèse classique, en deux étapes :
Enfin, en cas de refus de chez MonsantoBayer de prendre en charge le dossier il doit nous rester quelques guillotines. Mais si ca rappelle de mauvais souvenirs aux royalistes, on peut encore envisager la noyade comme pour les petits chats, la pendaison comme pour les cow-boys, les gazs létaux ( chez MonsantoBayer est compétent en Zyklon B), ou plus amusant le combat de gladiateur. Tu les aimes les combats de gladiateurs hein ?
Pour plus d’infos sur le sujet : ICI
@Bayer, @MonsantoCo, @ACAT-France, ACAT