Interculturalime versus multiculturalisme : Les dangers de la communautarisation

Classé dans : Accueil | 0

La tribalisation de nos sociétés menacent leurs puissances en fragmentant leurs unités.

Une intense polarisation politique.

On observe, aux Etats-Unis, que le débat politique s’est tendu. Républicains et Démocrates ont rarement été aussi divisés. La personnalité du président n’est sans doute pas étrangère à cette situation.
Or, ce qui arrive aux Etats-Unis nous intéresse, parce que c’est bien souvent l’indice de ce qui va survenir chez nous. Depuis l’élection de Donald Trump, les Américains s’inquiètent du degré de polarisation exceptionnel qui affecte leur vie politique. Entre partisans et adversaires de Trump, la haine réciproque est si intense qu’elle menace la légendaire stabilité politique des Etats-Unis. Selon le psychologue Jonathan Haidt, il devient difficile de faire travailler ensemble des employés pro et anti-Trump. On est au-delà des conflits idéologiques classiques. Pour en rendre compte, le mot tribalisme ou l’adjectif tribal sont devenus obsédants dans le discours médiatique. Les Etats-Unis seraient en train de régresser, du stade de la nation à celui d’une juxtaposition de tribus, en guerre les unes avec les autres. Ceci affaiblit considérablement le pays sur le plan international. Mais, le plus grave c’est que cet éclatement idéologique de la société recoupe en partie des clivages ethniques. Du coup, le concept de tribu prend tout son sens.

Le vote Trump : un vote ethnique. 

Car, on a pu expliquer l’improbable victoire de Donald Trump elle-même par un réflexe tribal de certains Blancs ; le vote Trump aurait été un vote ethnique. La preuve : la majorité des femmes blanches ont préféré ce milliardaire sexiste à Hillary Clinton. Pour la politologue Amy Chua, dans son livre Political Tribes, les Blancs, qui savent qu’ils perdront la majorité aux Etats-Unis au cours des vingt années qui viennent, auraient obéi, à leur tour, à un réflexe tribal. Comme les autres minorités, ils seraient en train d’adopter un comportement électoral dicté par leur appartenance ethnique autant que par leurs intérêts de classe, ou leurs convictions. C’est pourquoi ils se seraient regroupés autour d’un politicien qui faisait appel, de manière souterraine, à cette identité. 

Une culture dominante est-elle indispensable ?

Les Blancs seraient sur le point de devenir une tribu américaine comme les autres. D’où la récente apparition, aux Etats-Unis, de la question qui obsède bien d’autres nations, confrontées au défi du multiculturalisme : sur quel socle commun des cultures différentes doivent-elles reposer pour que les sociétés n’explosent pas ? De solides institutions suffisent-elles pour fixer les règles du jeu – c’est la thèse du « patriotisme constitutionnel » ? Ou faut-il qu’une culture dominante  – une Leitkultur comme disent les Allemands, demeure commune ?C’est la thèse qui est défendue par Andrew A Michta, dans la revue The American Interest. Dans un article intitulé, « Yes, it can happen here », ce politologue se montre très pessimiste, d’une manière générale, sur l’avenir de nos démocraties occidentales. Quelle ironie du sort ! écrit-il, alors qu’il y a deux décennies, nos experts parcouraient le monde, du Moyen-Orient à l’Europe orientale, en donnant des leçons de « State building », aujourd’hui, ce sont nos propres Etats-nations qui approchent dangereusement du point de rupture. Elles sont au bord de l’éclatement et deviennent de ce fait ingouvernables. Jamais un tel degré de polarisation, selon des lignes de fracture de toute sorte – ethniques, religieuses, idéologiques – n’avaient autant menacé leur cohésion interne. L’art du compromis qui caractérisait nos systèmes politiques est perdu. Bien des démocraties sont menacées par des haines politiques qui rendent très délicat l’art de gouverner. 

Sans consensus minimal, les sociétés éclatent.

« La mode actuelle des politiques de l’identité a atteint un tel seuil – écrit-il – que le seuil de décomposition de nos vieux Etats-nations est désormais de l’ordre du possible. » Elles subissent, en effet, une grave érosion du consensus sur lequel elles étaient fondées. Nous avons tort de croire que nos institutions, celles des Etats-Unis ont plus de deux siècles – nous protègent, poursuit Michta. Elles ne suffisent pas. Car, les institutions ne valent que par la puissance et la solidité des forces politiques qui les font vivre. A elles seules, ces institutions ne peuvent pas garantir la paix civile. Il faut qu’existe un consensus minimal entre les citoyens. Pour que les nations ne sombrent pas dans la décomposition et dans une anarchie, dont on sait bien qu’elle crée une demande d’ordre et débouche sur des régimes autoritaires, il faut que les citoyens éprouvent un sens profond de réciprocité et d’obligation mutuelle. Mais il faut aussi qu’il existe une culture partagée car, c’est sur elle que se fonde l’identité nationale. Pendant longtemps, cette culture nationale a pu faire leur place à des narratifs particuliers – régionaux, ethniques, religieux ou idéologiques. Tel n’est plus le cas à présent. Car, cette culture nationale a été systématiquement déconstruite dans l’enseignement. A force de répéter à nos élèves et à nos étudiants que l’histoire de leur nation n’est qu’une suite de crimes et que leur seul héritage est une honte à partager, nous avons aggravé la balkanisation, la tribalisation de nos sociétés. Et cela les fragilise dangereusement : qui voudrait risquer sa vie pour une institution aussi dévalorisée ?

TYV

Suivre Frédéric Poitou:

Frédéric Poitou est né à Rouen, et y a fait des études au Conservatoire en musique-études en section piano. Il s'est ensuite orienté vers des études scientifiques où il a obtenu un diplôme d'ingénieur, puis un doctorat en Chimie. Il est Expert Judiciaire en France, en Belgique et à Luxembourg, et agrée par les Institutions Européennes.