SCIENCES-PO AIX, L’EUROPE ET LE DÉLIRANT PROJET DE BUDGET TRUMP

Classé dans : Europe, Politique | 0

Bon, les pauvres, les vieux, les malades, les immigrés, les mexicains, on s’en fout, c’est normal. Qu’ils soient satisfaits, on les autorise encore à respirer l’air américain, mais juste dans les zones polluées. Non, de ce côté c’était plutôt bien.

Mais proposer la direction du Fond national à Sylvester Stallone (qui a décliné) n’était-ce pas un peu ambitieux ?

Sinon :
Culture et éducation : -14%
Logement social : -13%
Recherche médicale : -18%
Environnement : -31%
Relations internationales, aide au développement et diplomatie : -28%

Heureusement :
Défense +10%
Sécurité intérieure : +7%

Heureusement que c’est le congrès qui aura le dernier mot. Mais il se dit que certains préparent déjà leurs valises dans les représentations « sensibles » !

Il y a donc une place à prendre dans la diplomatie internationale, et dans l’organisation des équilibres géopolitiques qui doivent se préparer à la suite de la chute de Daesh. C’est le moment de transférer certaines compétences à l’Europe au delà de nos petits intérêts nombrilistes.

L’Union européenne est souvent critiquée, voire moquée, pour son incapacité à être un acteur majeur sur la scène diplomatique. La création, par le traité de Lisbonne, d’un Service européen pour l’action extérieure (SEAE) dirigé par un Haut représentant de l’Union pour les affaires étrangères et la politique de sécurité est censée incarner la diplomatie européenne. Et c’est pourtant maintenant que la place est à prendre face à Trump, Poutine et Erdogan pour marquer du seau de la paix et de l’ouverture la nécessaire ré-organisation des équilibres géopolitiques qui doivent se préparer à la suite de la chute de Daesh. C’est le moment de transférer certaines compétences à l’Europe au delà de nos petits intérêts nombrilistes.

Et ca serait aussi l’occasion de découvrir la belle Federica Mogherini, présidente du SEAE. Ex Sciences Po Aix-en-Provence, où elle a soutenu dans le cadre d’un projet Erasmus un mémoire de philosophie politique sur le rapport entre la religion et la politique dans l’islam. En lui adjoignant Guy Verhofstadt on aurait un tandem qui pourrait recrédibiliser l’édifice commun face à un oncle Sam bien névrosé.

C’est le moment, le train ne passe pas deux fois.

Suivre Frédéric Poitou:

Frédéric Poitou est né à Rouen, et y a fait des études au Conservatoire en musique-études en section piano. Il s'est ensuite orienté vers des études scientifiques où il a obtenu un diplôme d'ingénieur, puis un doctorat en Chimie. Il est Expert Judiciaire en France, en Belgique et à Luxembourg, et agrée par les Institutions Européennes.